A la découverte d'un métier d'exception...

Publié le 8 Avril 2013

Etudiantes à l’ISIPCA, nous avons la chance d’avoir comme professeur d’histoire de la parfumerie, Elisabeth De Feydeau, une historienne passionnée et passionnante qui a accepté de répondre à nos questions pour vous faire découvrir son métier.

« Le parfum est l’invisible qui se fait présence, c’est la mémoire retrouvée. »

Elisabeth De Feydeau

A la découverte d'un métier d'exception...

1.Pouvez-vous nous présenter votre métier et les principales missions qui le composent ?

« La particularité de mon métier est qu’il n’a pas de dénomination définie. Je suis consultante pour la plupart des grandes marques de la parfumerie. Je travaille avec ces marques en amont mais également en aval.

En amont, je travaille sur des sujets tels que les champs oubliés de la création, les courants passés qui pourraient devenir des tendances d’avenir, les matières premières….

En Aval, je travaille sur les angles rédactionnels à proposer à la presse mais également sur le discours de formation. »

« En plus de cette activité je donne également cours à L’ISIPCA sur l’histoire de la parfumerie et j’ écris des ouvrages sur le parfum et sur le luxe. »

http://www.arty-fragrance.com/site/index.php/fr/elisabeth-de-feydeau/ouvrages

« Parallèlement à ces activités j’ai monté, il y a deux ans, ma société de bougies parfumées « arty- fragrance », dont les créations s’inspirent du prestige du Château de Versailles, mais aussi de l’art de vivre français. »

www.arty-fragrance.com

1.Quelle formation avez-vous suivie?

« Après une classe préparatoire en lettres supérieures, je me suis dirigée vers une formation d’historienne à la Sorbonne. J’ai écrit ma thèse de doctorat sur l’esthétique olfactive, la notion du beau en parfum qui était intitulée : « De l’hygiène au rêve, l’industrie français du parfum de 1830 à 1939. » »

2.Quels sont les éléments significatifs qui vous ont donné envie de travailler dans le domaine de la parfumerie ?

La musique m’a donné envie de travailler dans ce domaine. Plus jeune, j’avais envie d’une carrière de pianiste, mais mes parents préféraient que je me dirige vers une profession plus classique et rassurante. Je me suis vite aperçue que le vocabulaire du parfum était commun à celui de la musique et que ces deux arts provoquaient les mêmes émotions.

De plus, à l’âge de 16 ans j’ai fait la découverte de « l’Heure Bleue » de Guerlain qui m’a instantanément donné l’envie de le porter et de le découvrir davantage. »

3.Avez-vous eu une expérience déterminante dans votre choix de carrière?

« Ma première expérience chez Chanel a été déterminante dans mon choix de carrière, car la maison Chanel m’a permis de découvrir la rigueur du métier et la quête de l’excellence. »

« Je venais d’une formation universitaire, donc intellectuelle et à mon arrivée chez Chanel, j’ai compris que l’odeur avait beaucoup d’importance et qu’il était possible, voire même nécessaire de parler parfum au-delà de la première expérience sensorielle. Depuis, je cherche à faire en sorte qu’en écrivant sur le parfum, mes mots sentent, afin que le lecteur soit transporté dans les parfums que je décris. »

4.Quelles sont vos « astuces » afin d’enseigner et de transmettre à vos élèves votre expérience ?

« J'essaye de conter une histoire. J'aime écrire, j'aime transmettre avec autant de générosité que possible. Je suis convaincue comme le veut la philosophie « sensorialiste », que l'expérience apporte la connaissance et qu’il faut toucher tous les sens. L'astuce est de vulgariser le contenu, au sens noble du terme, c'est-à-dire de simplifier, de rendre moins hermétique, le vocabulaire du parfum pour en raconter l'histoire, comme un souffle vital, car je pars du principe que pour apprendre il faut comprendre. »

5.Comment faites-vous pour enseigner un métier en évolution, correspondant à la réalité du monde professionnel ?

« Je parle de l’histoire du parfum donc ne suis pas confrontée à cette problématique. Cependant, en tant que consultante, je suis constamment en contact avec l’actualité, ce qui me permet d’actualiser ma connaissance et de faire le lien entre le passé et le présent.»

« Pour moi le passé n’est jamais mort, il ne cesse de revivre dans le présent»

6.Avez-vous envie de nous parler d’une expérience, d’une situation ou d’une anecdote qui vous a marquée ?

« Quand je travaillais chez Thierry Mugler pour les ateliers olfactifs entre 2005 et 2012, je m’occupais d’un module « secret de parfum ». J’emmenais les gens au cœur du parfum et au cœur de leur vie. Parfois les gens étaient submergés par leurs émotions en sentant des odeurs associées à une anecdote ou une histoire. »

« Je me souviens par exemple, d’une femme qui avait versé quelques larmes, car une odeur lui avait remémoré sa mère disparue… »

« Cette expérience m’a permis de rendre accessible au grand public le monde du parfum.»

Rédigé par Toute la beauté de vous à nous...

Publié dans #Interview

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nails-Alizé 15/04/2013 22:11

On voit bien qu'elle est vraiment passionnée par ce qu'elle fait, les mots qu'elle utilise sont choisis rigoureusement, c'est vraiment ce qu'elle aime. Ce sont les professionnels comme ça qui nous donne l'envi d'apprendre.