J’ai testé les parfums Lubin

Publié le 23 Mai 2013

J’ai testé les parfums Lubin

En me promenant dans le 6ème arrondissement de Paris, je suis passée devant une charmante petite boutique : Lubin (21 rue des Canettes). Je suis alors entrée : une boutique à l’ambiance cosy avec de beaux fauteuils, un orgue à parfum, des flacons de parfums datant de plusieurs siècles et environ une quinzaine de parfums. Le conseiller a commencé par me raconter l’histoire de Lubin.

L’histoire de Lubin commence en 1798, lorsque Pierre François Lubin créa sa Maison de Parfumerie après quelques années passées auprès de Jean-Louis Fargeon, parfumeur de Marie-Antoinette, en tant qu’apprenti. Lubin fournissait aux « Incroyables » et aux « Merveilleuses » rubans parfumés, poudre de riz et sa fameuse Eau Vivifiante, l’Eau de Lubin. En 2005, Lubin fut repris par un passionné de parfums et d’histoire, Gilles Thevenin, qui a rendu à Lubin toutes ses lettres de noblesse. Aujourd’hui, Lubin est une des rares Maison de Haute Parfumerie Française à travailler le parfum avec une exigence pointue avec les matières premières et hors de tout concept marketing. Tous les parfums racontent une histoire, s’inspire d’un lieu, d’un événement ou encore d’un personnage.

J’ai testé les parfums Lubin

En fonction de mes critères, le conseiller m’a proposé Inédite : un fleuri épicé gourmand. Inédite est inspiré des dragées d’Aziyadé. On se trouve à Istanbul, Aziyadé est une jeune femme, tirée du roman de Pierre Loti, qui incarne l’amour impossible. Sa peau a le goût des dragées qu’elle aime : amandes enrobées de vanille et d’essences de roses.

Ce parfum m’a surpris car outre le côté fleuri gourmand que j’apprécie, il y a aussi une note de tête très épicée, rendant au parfum du caractère et du tempérament. La décomposition olfactive est très intéressante, on passe d’une note épicée, pour évoluer vers une note plus gourmande et douce tel une dragée à l’eau de rose.

J’ai testé les parfums Lubin

J’ai également pu tester trois échantillons des nouveautés : Akkad, Galaad et Korrigan. Trois orientaux très surprenants, puissants et avec une belle tenue.

J’essayerai de me balader plus souvent dans le 6ème arrondissement, si c’est pour faire de belle découverte comme celle-ci !

Rédigé par Toute la beauté de vous à nous...

Publié dans #nouveaute - tendance - coup de coeur

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article