Un thème qui DECOIFFE!

Publié le 17 Février 2013

En ce moment, et jusqu’au 14 juillet 2013, se tient l’exposition « Cheveux chéris » au Musée du Quai Branly. L’entrée est gratuite pour les moins de 26 ans donc aucune raison de ne pas aller y faire un tour et d’y apprendre pas mal de choses sur ce matériau de métamorphose et de distinction. Autre point, non négligeable : on peut même gagner un relooking si on rempli un formulaire et que celui-ci est tiré au sort. Alors, on ne va pas se faire prier !

Objet de frivolité, d’insouciance ou d’estime de soi, la significativité même des cheveux en tant que tels et les coiffures ont évolué en fonction des époques et des cultures.

Neal Baar (1954)/ L’équipe des Bouffant Belles lors du départ d’une course. Les Bouffant Belles étaient une équipe texane féminine de course à pieds, réputées pour leurs performances et pour leur beauté.  A chaque compétition, les membres de l’équipe arboraient une nouvelle coiffure.

Neal Baar (1954)/ L’équipe des Bouffant Belles lors du départ d’une course. Les Bouffant Belles étaient une équipe texane féminine de course à pieds, réputées pour leurs performances et pour leur beauté. A chaque compétition, les membres de l’équipe arboraient une nouvelle coiffure.

La longueur, un atout majeur

Les cheveux couronnent notre visage. Courts, épais, longs, raides, frisés ou fins, ils nous obsèdent, nous sont précieux et définissent notre style (identité, appartenance, différenciation, classification).

On apprendra qu’à l’époque de la Renaissance, les cheveux longs étaient une allégorie sensuelle. Alors qu’à l’époque Mérovingienne, la longueur des cheveux définissait la position sociale.

La couleur de la norme, que de stéréotypes !

Dans le temps, la blondeur des cheveux d’une femme rassurait car elle faisait référence à la Sainte -Mère et au côté angélique. Cette couleur a par la suite été surévaluée par les médias lui conférant actuellement une connotation de marque de superficialité.Les femmes brunes, elles, ont souvent étaient associées à l’aventure et au pragmatisme. Il n’y qu’à voir Lara Croft ou Xéna la guerrière face à Barbie ! Tandis que les rousses, objet de désir et d’interdit pour les hommes mais de jalousie et de mépris par les autres femmes, étaient souvent perçues comme des sorcières séductrices et quelque peu diaboliques.

A gauche : Terence Domovan (1936-1996)/ Coupe de l’actrice Nancy Kwan (1963) réalisée par Vidal Sassoon dont la photographie a été publié dans Vogue. A droite :  Roger Corbeau (1908-1995)/ l’actrice Isabelle Huppert (1976).

A gauche : Terence Domovan (1936-1996)/ Coupe de l’actrice Nancy Kwan (1963) réalisée par Vidal Sassoon dont la photographie a été publié dans Vogue. A droite : Roger Corbeau (1908-1995)/ l’actrice Isabelle Huppert (1976).

La perte, un moment difficile

Phénomène biologique naturel, la perte de cheveux peut-être mal acceptées et mal vécues.

Celle-ci peut s’opérer de manière naturelle mais dans d’autres cas, encore plus difficiles, celle-ci peut être induite par une tierce personne. Le sentiment éprouvé alors, est très différent. Citons l’exemple des femmes tondues lors de la seconde guerre mondiale, châtiment pour avoir eux une relation avec l’ennemi ou encore les scalps comme symbole de pouvoir.

Anecdote : le saviez-vous ?

A Madagascar, chez les femmes Merina, le deuil dure 1 année au cours de laquelle elle n’a pas le droit de se laver, de se changer ou d’avoir recours à une gestuelle de soin quelconque. Ainsi, échevelée et repoussante au plus haut point, la femme en deuil évite de s’attirer les regards désireux des hommes de son entourage.

Le cheveu peut à la fois désigner la normalité et l’anticonformisme, la beauté, la séduction ou la répulsion. L’exposition a permis de retracer l’histoire du cheveu à travers des clichés, des peintures, des coiffes et autres objets d’ornement de différentes cultures. L’exposition reste peut-être trop à la croisée de l’anthropologie et de l’histoire de l’art.

Sans soute que quelques précisions sur : Les soins apportés aux cheveux au sein de différentes cultures ainsi que les cheveux en tant que moyen de contestation et de revendication (mouvement punk, des dreadlocks) auraient été les bienvenus !

Un thème qui DECOIFFE!

Publié dans #art et beaute

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article